Théâtre Belvédère

L’AVENIR (partie 1 de 2)… les adultes

Comme le titre de la pièce le dit, dans QUARTIER(S) : morceaux d’avenir, nous avons célébré le 150e anniversaire de la Confédération en nous tournant vers l’avenir. Nous avons imaginé des personnages qui venaient visiter le Orléans/Cumberland de 2017, en provenance de l’an 2167, mais, avant tout, nous avons demandé à des résidents adultes d’imaginer ce que deviendra leur quartier et à des enfants et adolescents de rêver à ce qu’il pourrait devenir dans 150 ans.

Vous verrez que les adultes sont très préoccupés par l’étalement urbain et par la préservation de la culture francophone. Les enfants sont plus… hé bien, vous verrez dans la deuxième partie.

C’est maintenant à votre tour d’imaginer… D’imaginer que vous assistez à la représentation de QUARTIER(S) : morceaux d’avenir et que ces deux hurluberlues du futur ont voulu découvrir la vision des gens de 2017 de leur univers à elles…

lespersonnagesCrédit photo : Andrew Alexander

 

ACOLYTE
Les jeunes spécimens de l’école le Prélude, pis les autres que j’suis allée rencontrer, au RAFO, au Centre de ressources communautaires Orléans-Cumberland… Je leur ai aussi demandé de me partager leurs rêves pour leur quartier.

STARLETTE
Leur rêves !?

ACOLYTE
Ben oui ! Leurs rêves pour le futur ! On va pouvoir ramener dans le futur ce que les jeunes du présent d’aujourd’hui pensent que le futur va devenir dans le futur, mais qui est peut-être pas devenu !

STARLETTE
Heu… Han ?

ACOLYTE
Comment ils aimeraient que ça soit chez nous !!! Sans l’avoir vu!

Et voici les réponses des adultes…

« Je pense que les gens d’Orléans, surtout les francophones, veulent garder la visibilité d’Orléans dans la région. On a travaillé fort pour obtenir l’accent sur Orléans, il y a plusieurs années, parce que personne le mettait. »

« Je pense que ça va avoir encore grandi. On va peut-être toujours avoir une petite distinction avec le cœur d’Ottawa parce qu’on a la ceinture verte qui nous sépare. On garde un sens d’appartenance à une communauté qui s’appelle Orléans. Est-ce qu’on va être rendus à Cumberland ? Je sais pas mais on s’avance tranquillement vers là. J’espère qu’on va pas seulement être résidents mais qu’il y ait beaucoup d’emplois dans la région. »

« Ça va être plein, plein, full, rempli. Il y aura plus de place pour bâtir des maisons. »

« Je pourrais pas imaginer. Ça se put qu’il y ait des fermiers qui pourraient vendre leur terrain pour qu’il y ait des maisons bâties. J’ai hâte de voir qu’est-ce que ça pourrait donner. »

« Ce serait quasiment une ville parce que ça continue à progresser en terme de population, de quartiers résidentiels. D’une terre à l’autre, c’est complété avec de l’immobilier. Éventuellement, peut-être que ça va rejoindre le village de Carlsbad Springs, le village de Navan. Ça, c’est tout en grande progression. C’est appelé « ville » comme c’est là, mais ça va peut-être devenir une « multi-ville ». Peut-être qu’éventuellement, Ottawa, ils vont être trop gros. Il y aura peut-être un autre nom de ville. Je sais pas. Si ça va parler français ? C’est dur à dire. Tous les projets de maisons, c’est pas mal bilingue… C’est appelé à être un mélange des deux langues. »

… suite des réponses dans le blogue suivant…

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s